Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) et l’ostéopathie: une prise en charge possible en entreprise

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont des affections de l’appareil locomoteur apparaissant dans le cadre professionnel.

Selon la CNAM (Caisse nationale de l’assurance maladie), en 2010, les TMS, représentent :

  • 43 241 cas de TMS,
  • 1er facteur d’inaptitude professionnelle
  • 100 000 accidents de travail sont des lombalgies
  • Un coût moyen de 21 152 € par salarié (pour un cas de TMS)
  • La perte de 9,7 millions de journées de travail et coûté 930 millions d’euros,

Les TMS représentent un problème de santé majeur dans le monde du travail à hauteur de 80% des maladies professionnelles actuellement reconnues par les organismes de sécurité sociale et ce nombre élevé ne cesse de croître, constituant l’un des problèmes les plus préoccupants en termes de santé au travail dans tous les pays développés.

C’est la combinaison d’un ensemble de facteurs de risques propre à chaque entreprise et à chaque poste de travail qui va être à l’origine de l’expression des TMS

Les causes biomécaniques liées à l’ergonomie du poste de travail sont :

  • les conditions physiques inadaptées au poste de travail
  • la répétitivité des gestes
  • les efforts inadaptés ou excessifs
  • les troubles de posture préexistants
  • l’activité/exposition aux vibrations

On y retrouve le plus souvent les pathologies suivantes :

–          les lombalgies (douleurs en bas du dos)

–          les cervicalgies et dorsalgies (douleurs dans la nuque ou entre les omoplates)

–          les périarthrites scapulo-humérales (douleurs d’épaules)

–          les épicondylites ou tennis elbow (douleurs du coude)

–          les tendinites du poignet et le syndrome du canal carpien

La présence d’un TMS chez le salarié aura des répercussions sur sa productivité.

–          Baisse de la concentration

–          Difficulté pour se déplacer

–          Baisse de la motivation

–          Stress

–          Insomnies

Pour pallier à cela la prise en charge de la posture au travail (statique ou dynamique) et la réduction des douleurs existantes est primordiale.

Fort de nos expériences respectives au sein de l’EHPAD La Courneuve et de l’Université Paris Dauphine, nous sommes à même d’étudier les positions de travail de vos employés et de leur donner des conseils posturaux adaptés.

La création de permanences d’ostéopathie en entreprise permet aussi de faciliter l’accès aux soins à vos employés ainsi que la gestion des manifestations physiques du stress.

Pour tous renseignements :

–          cabinetosteohbc@gmail.com

–          01 72 53 47 14

Publicités

Arthrose et vertiges : l’ostéopathie comme solution

Arthrose et vertiges : l’ostéopathie comme solution durable sans effet secondaire

 

C’est un fait, en vieillissant, les disques et les articulations vertébrales se dégradent. Ce qui peut entrainer des discopathies et/ou de l’arthrose… Selon la Société Française de Rhumatologie, cette pathologie touche 60% de la population à 45 ans et plus de 85% à 80 ans, soit près de dix millions de Français ! Ces phénomènes, lorsqu’ils sont situés dans le cou, peuvent être à l’origine de vertiges qui peuvent faire l’objet d’un traitement ostéopathique. Explications.

Les vertiges d’origine vertébrale : différentes causes
L’apparition de ces vertiges d’origine cervicale peut être liée ou prédisposée par de nombreux facteurs.
Ils peuvent être la conséquence d’une activité professionnelle ou sportive exposant à des mouvements répétitifs ; à des habitudes posturales de la tête (travail sur ordinateur, peinture,…), à l’âge ou encore à l’exposition récurrente à des vibrations (transports, travaux, manutention,…).

Concernant les vertiges d’origine vertébrale, le patient décrit souvent des sensations d’instabilité le matin au réveil ou à la marche et lors de certains mouvements de la tête. Ces sensations obligent parfois le patient à prendre appui ou à s’asseoir. Chez ces patients, on n’observe ni nausée, ni bourdonnement d’oreille, ni sensation de diminution de l’audition, ni maux de tête.

L’ostéopathie : un traitement efficace
Certaines médecines complémentaires –dont l’ostéopathie fait partie– peuvent s’avérer efficaces pour soigner ce type de pathologie. L’ostéopathe, avant de commencer le traitement, s’assurera que la nature du trouble relève bien de son champ de compétence.

Ainsi, il vérifiera cliniquement que son patient ne présente aucun signe clinique évocateur d’une pathologie justifiant d’une prise en charge par un médecin spécialiste. S’il juge pouvoir intervenir, l’ostéopathe pourra commencer son traitement qui, en fonction de la nature du trouble, sera uniquement ostéopathique ou accompagné d’autres actes médicaux. Dans le premier cas, une ou deux consultations d’ostéopathie sont efficaces dans 80% des cas.

Les avantages du traitement par l’ostéopathie
L’une des caractéristiques majeures de l’ostéopathie est que cette médecine est manuelle. Les ostéopathes n’interviennent auprès de leurs patients que par l’intermédiaire de leurs mains, sans jamais avoir recours à des dispositifs mécaniques ou à des médicaments.

Les mains des ostéopathes sont les seuls outils dont ils disposent pour reconnaître et traiter les restrictions de mobilité des tissus et les dysfonctionnements du corps

Source : http://www.senioractu.com/

Cogitobio

 logo_cogitobio

En parallèle du cabinet, nous avons intégré Cogitobio.

 Cette entreprise d’ergonomie s’appuie sur les connaissances en biomécanique et les applique au monde de l’industrie.

Nous avons réalisé pour Cogitobio une étude d’ergonomie sur la prise en mains de différentes valises.

Ce type d’étude nous permet d’affiner notre compréhension sur l’apparition des phénomènes douloureux pour les articulations au quotidien.

Nous sommes donc au plus près des avancées sur l’ergonomie et le confort.

Cogitobio, créée en 2000, est une société chargée de faciliter le transfert de technologies issues de la recherche fondamentale sur le système musculo-squelettique vers le monde industriel.

Comme nous, leur compréhension de la cinématique et des mécanismes articulaires leur permet de participer à l’innovation, à la création ou à l’optimisation de produits et outils dans le domaine des interfaces homme-machine et homme-équipement.

 cogo

 Les travaux de recherche de Cogitobio ont permis de développer :

  • Une base de données adaptée à l’ergonomie et au confort,
  • Des outils d’analyse des cinématiques et des postures,
  • Des outils d’analyse des actions mécaniques à l’interface homme / objet,
  • Des méthodologies validées d’analyse du confort,
  • Des outils logiciels d’aide à la spécification et d’aide à la validation,
  • Des modélisations numériques.

cogi

Le siège est l’élément de confort par excellence

 Pour en savoir plus sur Cogitobio :

Contact : Pol LE BORGNE Directeur Général : pol.leborgne@cogitobio.com

Adresse : COGITOBIO 19, rue de la Gare – 94230 CACHAN (FRANCE)

Web : http://www.cogitobio.com/

Ostéopathie et nourrisson: quand consulter ?

Chez le nourrisson, la plagiocéphalie est le motif de consultation osthéopathique le plus fréquent. La plagiocéphalie se caractérise par un plat à l’arrière du crâne qui apparait dans les 6 premiers mois de la vie.

La contraction utérine et l’utilisation d’outils (forceps, spatules, ventouse) lors de l’accouchement, exercent des contraintes sur le crâne et le rachis cervical du nourrisson. Le nourrisson peut alors naître avec un torticolis congénital ou un autre problème mécanique l’empêchant de tourner sa tête convenablement.

 

Le bébé a alors tendance à dormir avec la tête toujours tournée du même côté créant un aplatissement progressif de la base de son crâne jusqu’à provoquer, dans certains cas, une déformation de son massif facial.

Si le traitement de la plagiocéphalie n’est pas fait avant les six premiers mois de la vie, des conséquences fonctionnelles sont à craindre à l’âge adulte (arthrose cervicale, cervicalgies, torticolis).

Voici d’autres motifs de consultations chez le nourrisson :

–          difficulté à la tétée, déficit de succion

–          régurgitations

–          coliques ou constipations

–          troubles du sommeil